Le nativisme européen désigne la revendication politique du droit des natifs européens à s’autodéterminer et l’œuvre de construction politique de l’unité de tous les natifs européens par-delà les frontières nationales. Le nativisme respecte et chérit les particularités régionales là où le nationalisme impose un moule culturel unique, artificiel et ethnocide. Le nationalisme, c’est la nation qui forme le peuple alors que le nativisme, c’est le peuple qui forme la nation.

À l’échelle mondiale, c’est le respect des peuples et leur épanouissement sur leur territoire, en gardant les distanciations vitales nécessaires à la cohabitation planétaire. Le nativisme considère toutes les migrations de masse comme des drames humanitaires entraînant des violences migratoires qu’il faut empêcher en agissant sur les causes : famines, guerres civiles, surpeuplement…

Le nativisme vise à favoriser l’effacement des frontières entre les peuples qui se reconnaissent comme frères d’une même unité, et à préserver les territoires des États libéraux démocratiques dotés de constitutions et formés par des peuples acceptant la cohabitation quand c’est possible.

Le nativisme consiste à réaffirmer l’appartenance des territoires aux autochtones, et à considérer les immigrations individuelles interethnique comme temporaires et révocables. Le nativisme entend favoriser au mieux le retour volontaire des immigrés dans leur pays d’origine par une remigration incitative.